image/interface/icon/pointille.png
Office de Tourisme d’Arras - Exposition

De terre et d’acier, archéologie de la Grande Guerre

© Pascal Brunet

Des témoignages incomparables ! Du 9 avril au 23 août, Arras, capitale régionale de la mémoire, “bouscule” notre approche de l’Histoire. L’exposition De terre et d’acier, archéologie de la Grande Guerre établit un contact sans filtre avec le quotidien des soldats le long de la ligne de front.

Des boîtes à souvenirs, des bouteilles en verre, des récipients en grès, des ossements de soldats, des objets inattendus… Autant de “trésors” de guerre, mis à jour au fil des ans par les archéologues le long de la ligne de front, de la mer du Nord à l’Alsace. Autant de découvertes aujourd’hui mises en valeur dans l’exposition De terre et d’acier, archéologie de la Grande Guerre. Longtemps, les archéologues se sont interrogés sur le sens et la mesure à donner à ces vestiges de la Première Guerre mondiale “ressurgis” des entrailles de la terre. Que peut bien ajouter l’archéologie au nombre incalculable de documents, aux témoignages directs, et même, aux reportages cinématographiques, qui forment le récit déjà bien étayé de la Grande Guerre ?

Une approche “palpable” de l’Histoire

La réponse est tout entière dans cette exposition : l’archéologie est une science de la vie et de la mort, et ses témoignages ont ceci d’incomparable qu’ils apportent un contact sans filtre avec le réel et gravent dans notre mémoire des souvenirs “brûlants”. De terre et d’acier, archéologie de la Grande Guerre vous invite à examiner l’aspérité des éclats d’obus, à observer de vos propres yeux les casques troués de part en part, à prendre la dimension des balles de mitrailleuses, à vous interroger sur l’étrange contenu d’une boîte à souvenirs, à deviner un regard derrière un masque à gaz, à douter de l’utilité d’un sabre ou d’une cuirasse, à entrevoir un sursaut d’humanité dans la dignité d’une sépulture… Pour mieux comprendre ce que fut la vie quotidienne des soldats dans cet univers de mort.

[éclairage]

L’archéologie de la Grande Guerre est une discipline encore jeune, née dans les années 1990 de la généralisation de l’archéologie préventive sur le tracé de chantiers d’envergure (autoroutes, TGV). Dans le Nord et l’Est de la France, les archéologues se trouvent alors régulièrement confrontés à l’irruption de vestiges de la Première Guerre mondiale venant “bousculer” leur approche de l’Histoire.

[info pratique]

De terre et d’acier, archéologie de la Grande Guerre Du 9 avril au 23 août Casino, 3 rue Émile Legrelle - Arras Entrée : Petite rue Saint- Géry Du mardi au dimanche de 11h à 18h (Fermé le lundi) TN 5€ - TR 4 € Rens/rés : Office de Tourisme d’Arras, 03 21 51 26 95 www.explorearras.com